dimanche, juin 26, 2022
Marseille
couvert
21.4 ° C
21.8 °
20.1 °
64 %
0.5kmh
100 %
dim
30 °
lun
28 °
mar
27 °
mer
28 °
jeu
26 °
AccueilSociétéUn islamiste projetait un attentat outre-Rhin

Un islamiste projetait un attentat outre-Rhin

Une enquête avec la police française a permis son arrestation la veille de l’attentat de Wurtzbourg.

L’affaire illustre une nouvelle fois combien, depuis des années, les terroristes islamistes se jouent des frontières. Et souligne l’importance de la coopération européenne pour les mettre hors d’état de nuire. Jeudi, à Kehl (Bade-Wurtemberg, limitrophe de Strasbourg et membre de l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau), un islamiste a été interpellé par des policiers allemands (police criminelle du Bade-Wurtemberg et forces spéciales) dans le cadre d’une enquête diligentée par le parquet de Karlsruhe pour un projet de «commettre un acte de violence grave mettant en danger l’État» et une «tentative d’acquisition non autorisée d’une arme de guerre».

Âgé de 21 ans et de nationalité allemande, l’homme, connu pour son adhésion aux thèses de l’islam radical, résidait en France. Placé sous surveillance, il aurait notamment consulté sur internet des tutoriels pour la fabrication d’engins explosifs et incendiaires et, selon les autorités d’outre-Rhin, les aurait transmis à des personnes restant à identifier. Au moment de son interpellation, le suspect était à la recherche d’un fusil d’assaut et était soupçonné de préparer un attentat en Allemagne depuis la France.

Coopération franco-allemande

Les policiers allemands ont saisi sur lui des téléphones portables mais aussi une somme d’argent dont ils soupçonnent qu’elle ait été destinée à l’achat de l’arme. Le jeune islamiste a été présenté vendredi à un juge du tribunal de Karlsruhe, qui a émis un mandat d’arrêt à son encontre. Pour l’heure, la police et la justice allemandes soulignent ne pas savoir quelle était la cible, ou les cibles, visées par le suspect, qui semblait bien déterminé à passer à l’action.

Dans ce contexte transfrontalier, la coopération entre la France et l’Allemagne revêtait bien sûr une importance majeure. Selon une source judiciaire française, avant de procéder à l’interpellation du suspect, les autorités judiciaires allemandes ont ainsi contacté un juge d’instruction antiterroriste français dans le cadre d’une décision d’enquête européenne en matière pénale. Créée par une directive européenne du 3 avril 2014, cette procédure est fondée sur le principe de «reconnaissance mutuelle». Sauf exceptions très restrictives, cette décision est immédiatement reconnue et exécutée comme s’il s’agissait d’une procédure judiciaire nationale.

Une décision d’enquête européenne peut s’appliquer à l’audition de témoins, à des écoutes téléphoniques ou encore au recueil d’informations relatives aux transactions bancaires. «Une méthode informelle, rapide et efficace», salue un expert. En l’occurrence, cette procédure a notamment permis que le domicile français du suspect soit rapidement perquisitionné par des policiers français en collaboration, côté allemand, avec l’Office de la police judiciaire (LKA) du Bade-Wurtemberg et l’Office fédéral de la police judiciaire (BKA), les éléments recueillis allant directement nourrir l’enquête allemande.

L’interpellation de jeudi est d’autant plus importante pour les deux pays qu’elle intervient dans une région déjà visée et frappée par le terrorisme islamiste avec notamment dans les années 2000 un projet d’attentat contre la cathédrale de Strasbourg fomenté depuis l’Allemagne par un commando islamiste. Et, bien sûr, l’attaque terroriste du 11 décembre 2018 contre le marché de Noël de la capitale alsacienne. Le tout dans un contexte d’alerte antiterroriste maximal dans les deux pays avec les attaques de Wurtzbourg vendredi et de Rambouillet, le 23 avril.

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires