dimanche, juin 26, 2022
Marseille
couvert
21.4 ° C
21.8 °
20.1 °
64 %
0.5kmh
100 %
dim
30 °
lun
28 °
mar
27 °
mer
28 °
jeu
26 °
AccueilÀ la uneTennis - Roger Federer: «C’était une fin terrible»

Tennis – Roger Federer: «C’était une fin terrible»

Publié30 juin 2021, 00:19

Qualifié pour le 2e tour de Wimbledon après l’abandon d’Adrian Mannarino, le Bâlois a retracé le déroulé d’une rencontre qui s’est terminée de façon abrupte.

Adrian Mannarino, blessé, est à terre sous les yeux de Roger Federer.

Getty Images

Vous étiez sur une belle lancée dans le 4e set, avec plusieurs bons jeux, et puis il y a eu cette blessure. Est-ce frustrant de ne pas avoir pu voir jusqu’où votre jeu aurait pu vous emmener?

J’ai essayé de varier un peu plus mon jeu dans le 4e set parce que cela ne fonctionnait clairement pas dans le 3e. Il était trop à l’aise depuis la ligne de fond de court et prenait souvent l’ascendant. Aussi, j’aurais aimé me créer plus d’opportunités à la relance, comme lors de mes précédents affrontements contre lui. Mais cela n’a pas été possible sans doute car c’est un 1er tour et qu’il a fait du bon boulot (…) J’aurai été curieux de voir ce qui se serait passé dans une fin de 4e set «normale». Si j’allais être capable de varier encore plus mon jeu et la façon d’amener mes points. Cela m’aurait donné des options supplémentaires dans un 5e set. Et après, qui sait… C’était une fin terrible, de celle que je n’aime pas voir. Je me suis senti vraiment mal, surtout avec tout ce que j’ai traversé avec mon genou. Même si là, en l’occurrence, c’était le sien. J’espère qu’il ne sera pas sur la touche pour une longue période.

Vous avez fait beaucoup de fautes en coup droit au deuxième et troisième sets. Comment expliquer ce ratio et à quel point cela vous a touché?

Cela m’a frustré un petit peu. C’est mon point fort et je l’utilise comme une force après un slice, sur gazon surtout. Maintenant, ces fautes, je pense que c’est une combinaison entre l’herbe et le revers tout plat, croisé, de Mannarino. Il arrive à tirer des fautes de tout le monde car il est très à l’aise dans cette filière-là. Tu peux décider de jouer plat comme lui, mais il le fait mieux que beaucoup de joueurs (…) Je savais que c’était une rencontre qui pouvait devenir très compliquée. On en avait discuté avec l’équipe et j’avais un plan A, B et C si je me trouvais en mauvaise posture et que mon jeu ne marchait pas comme je le voulais, afin d’arriver à m’en sortir. C’est sa force, je trouve, qui fait que j’ai eu des difficultés de temps en temps. J’ai alors commencé les échanges différemment, pour qu’il n’entre pas toujours dans ses gammes. C’est un jeu d’échecs et j’aime ça.

Avez-vous ressenti une nervosité particulière aujourd’hui?

Avec l’expérience, je sais qu’être tendu avant le match, cela ne va pas dire grand-chose pour la rencontre en elle-même. Mais j’étais presque content d’être nerveux, de voir que ça me tient à cœur, de ne pas perdre d’entrée à Wimbledon après deux ans d’absence, que je fais tout pour gagner d’une façon ou d’une autre. Je pense que je serai un peu plus relax au prochain tour. Je suis content que ce premier test soit passé, même si cela s’est fini bizarrement. J’étais triste pour Adrian (Mannarino), en plus c’était le jour de son anniversaire. Maintenant, je me réjouis de jouer contre Richard (Gasquet), on verra bien ce que ça donne.

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires