dimanche, juin 26, 2022
Marseille
couvert
21.4 ° C
21.8 °
20.1 °
64 %
0.5kmh
100 %
dim
30 °
lun
28 °
mar
27 °
mer
28 °
jeu
26 °
AccueilSociété«La franc-maçonnerie féminine n’est pas connue»

«La franc-maçonnerie féminine n’est pas connue»

ENTRETIEN – Nouvellement élue à la tête de la Grande Loge féminine de France, elle souligne le danger pour la démocratie de fractionner la société en diverses communautés.

Les femmes franc-maçonnes sortent de leur silence. Pour la première fois depuis la création de la Grande Loge féminine de France (GLFF), en 1952, sa grande maîtresse prend la parole dans un quotidien national. Catherine Lyautey, 65 ans, a été élue le 29 mai à la tête de la première obédience féminine mondiale, forte de 14.000 membres réparties dans 450 loges en France métropolitaine et ultramarine, mais aussi en Afrique, en Europe de l’Est, au Moyen-Orient et au Maghreb. Rencontre avec une femme engagée et tout en nuances.

LE FIGARO. – Qui êtes-vous Catherine Lyautey?

Catherine LYAUTEY. – Professionnellement, j’ai d’abord été cadre commercial en bijouterie-joaillerie durant près de vingt ans. Mais, après deux braquages et une prise d’otage, je me suis dit qu’il fallait changer de direction. Je suis alors devenue assistante dans un cabinet ministériel. Puis j’ai passé les vingt dernières années au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Familialement, Lyautey est

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires