mercredi, juin 29, 2022
Marseille
ciel dégagé
24.7 ° C
25.3 °
22.6 °
42 %
3.1kmh
0 %
mar
25 °
mer
27 °
jeu
24 °
ven
27 °
sam
28 °
AccueilPolitiqueTennis - Règlement de comptes à Church Road

Tennis – Règlement de comptes à Church Road

Publié4 juillet 2021, 08:27

C’est évident: Jelena Ostapenko et Ajla Tomljanovic ne partiront pas en vacances ensemble. Également à l’affiche de ce «London Calling», Nick Kyrgios, Coco Gauff et Daniil Medvedev.

par

Jérémy Santallo

Mathieu Aeschmann

Yannick Michel

«Vous savez qu’elle ment, pas vrai?»

C’était le début de journée à Church Road et il y a eu l’ambiance sur le court no 15. De part et d’autre du filet, Jelena Ostapenko (34e) et Ajla Tomljanovic (75e). Menée 4-6 6-4 4-0, la première citée, lauréate de Roland-Garros en 2017, a décidé de ne pas reprendre le jeu et de faire appel au soigneur parce qu’elle souffrait. Et cela a mis hors d’elle Tomljanovic. «Vous savez qu’elle ment, pas vrai? Nous le savons tous», a notamment déclaré l’Australienne, qui n’a pu empêcher sa rivale de sortir, sans que l’on sache la nature de sa blessure.

Si j’avais été au moins à 50% de mes capacités, je l’aurais battue

Jelena Ostapenko

Journaliste pour le New York Times, Ben Rothenberg a quitté sa salle de presse pour immortaliser la poignée de main. Et cela a été savoureux… «J’ai ressenti une douleur aux abdominaux, a déclaré Ostapenko devant les journalistes. Elle n’a rien à dire sur ma blessure, elle n’est pas moi et ne peut sentir la douleur à ma place. Aussi, je trouve que c’est très irrespectueux de sa part (ndlr: elle a répété cette phrase plusieurs fois). Je pense que mon niveau n’a pas été bon après le 1er set, car si j’avais été au moins à 50% de mes capacités, je l’aurais battue.» Appelée juste après elle en visioconférence, la gagnante Tomljanovic a rétorqué. «Elle peut dire qu’elle était blessée. Je pense que c’est faux. Je sais quand quelqu’un est blessé ou non. Me dire que je suis irrespectueuse, c’est ridicule. C’est un comportement scandaleux pour une lauréate en Grand Chelem, vis-à-vis des enfants qui regardent. Si elle avait vraiment été blessée, elle aurait pu s’y prendre autrement.»

Kyrgios, de «bad boy» à chouchou

Si l’existence de Nick Kyrgios devait être résumée, on a sûrement tout vu durant la grosse heure qu’il a passée sur le court no 1 samedi. Appelé à affronter Félix Auger-Aliassime, l’Aussie a d’abord débarqué sur le terrain sans… les bonnes chaussures. On les lui a alors gentiment apportées et, dans la lignée de son thriller à succès face à Ugo Humbert ou de sa rencontre maîtrisée du 2e tour contre Gianluca Mager, l’Australien a débuté pied au plancher face au Canadien – non sans tenter un service à la cuillère dès sa première mise en jeu –, empochant brillamment le 1er set (6-2). Mais peu avant ça, il avait fait appel au physio, visiblement blessé…

«Cela s’est passé spécifiquement à 4-1 15A. J’ai frappé un premier service et j’ai senti une tension au niveau de mes abdominaux. À partir de là, cela a été de pire en pire. C’est marrant parce que quand je me suis levé aujourd’hui (ndlr: samedi), je me sentais dans une forme phénoménale, mes hanches allaient bien, mon corps aussi. La chance n’a juste pas été mon côté.» Transparent dans la deuxième manche, il a jeté l’éponge pour la troisième fois de sa carrière en Grand Chelem. «J’étais dévasté, bien sûr. Je suis passé du statut de mauvais garçon à celui d’un des favoris du public. Je sais qu’il voulait encore me voir jouer. Mais j’ai donné absolument tout ce que je pouvais.» Preuve qu’il avait acquis cette semaine le statut de chouchou des Anglais, Kyrgios a été invité à s’exprimer sur le court alors qu’il était le perdant. «Vous êtes l’un des préférés du public, les gens veulent vous entendre», a justifié le préposé à l’interview sur le court.

L’étrange favoritisme

S’il y a bien un tournoi qui, historiquement, n’a jamais cédé aux sirènes du chauvinisme ou de clientélisme, c’est Wimbledon. Ne foulaient le Centre Court que les meilleurs, ex-vainqueurs ou ceux dont le pedigree s’élevait à hauteur du mythe. Quant aux courts annexes, leur programmation n’a pas toujours répondu qu’à des critères sportifs. À Church Road, on privilégie le jeu, c’est une tradition. Enfin, c’était la tradition. Car cette année, il y a comme un petit malaise à voir le traitement de faveur réservé à Coco Gauff.

Lundi, la jeune Américaine retrouvera le Centre Court pour la troisième fois en quatre matches. Or Coco Gauff a beau être une jeune femme formidablement prometteuse, elle n’a encore rien gagné de significatif et n’est «que» tête de série No 20. Pourquoi a-t-elle été envoyée dans «le Temple» jeudi contre Vesnina et samedi face à Juvan, toutes les deux non-têtes de série? On cherche, d’autant plus que Krejicova (contre Sevastova), la championne de Roland-Garros, a été envoyée sur le court No 3 et que le choc Cilic – Medvedev, un ancien finaliste contre le No 2 mondial, a ravi le public du court No 1. Visiblement, Coco Gauff est devenue trop bankable, ce que ne contesteront certainement pas son agent, le «Team 8» du duo Godsick-Federer et son coach, Patrick Mouratoglou.

Le réveil du professeur Tournesol

Daniil Medvedev s’est fait un peu peur, hier face à Marin Cilic. Ou pas (6-7 3-6 6-3 6-2 6-2). Ainsi va le tennis avec l’incroyable «professeur Tournesol» (pour son côté lunaire et stratège): qu’importent les deux sets «vintage» de l’ancien finaliste (2017), le Russe ne se démonte jamais. Il sert, contre, distille son sublime revers aux quatre coins du court. Et progressivement, le doute s’installe sous la casquette adverse.

Tiens en parlant de casquette. Daniil Medvedev a inventé une séquence hier. Le No 2 mondial a disputé le premier point du cinquième set avec une casquette (qu’il venait d’enfiler pour se protéger d’un soleil déclinant). Un revers gagnant long de ligne plus loin, il enlevait son couvre-chef. «Ce n’est d’aucune utilité», précisa-t-il pour justifier ses allers-retours vers sa chaise. Sacré Daniil!

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires