mardi, août 9, 2022
Marseille
ciel dégagé
22.9 ° C
23.1 °
21.8 °
76 %
1.1kmh
0 %
mar
29 °
mer
29 °
jeu
28 °
ven
28 °
sam
24 °
AccueilTechologieles start-up françaises à l’assaut d’un salon plein d’incertitudes

les start-up françaises à l’assaut d’un salon plein d’incertitudes

Jusqu’au bout, Eric Morand, directeur Tech et services de l’agence Business France, va serrer les dents, lui qui depuis six mois au moins prépare le départ de la délégation des start-up françaises au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, le plus grand salon des sociétés technologiques au monde, qui s’ouvre mercredi 5 janvier. Après une édition 2021 qui s’était tenue entièrement en virtuel, les organisateurs ont fait le pari de redonner sa chance à l’événement en physique (doublé de tout un dispositif en ligne).

Mais la reprise de la pandémie de Covid-19, avec l’apparition du variant Omicron, a soulevé de nouveaux doutes. Depuis plusieurs jours, les organisateurs enregistrent des désistements de poids. Plusieurs grands noms ont renoncé à faire le voyage dans le Nevada, dont Google, Amazon, Microsoft, Meta (anciennement Facebook), Twitter, General Motors, BMW, Mercedes, Waymo, Lenovo, Intel, AT&T, T-Mobile… Pour compliquer encore la situation, la multiplication des cas positifs au sein des personnels des compagnies aériennes provoque depuis Noël une succession inquiétante d’annulations de vols.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Au CES de Las Vegas, une industrie automobile de plus en plus dépendante des logiciels

L’aéroport de Las Vegas en a, par exemple, enregistré 65 rien que pour la journée du jeudi 30 décembre 2021. Samedi 1er janvier, enfin, on apprenait que le salon allait être écourté et finirait cette année le 7 janvier, et non le 8 comme initialement prévu.

« Ce sera un CES un peu exceptionnel, avec moins de visiteurs », admet M. Morand. Il est d’ores et déjà certain que le salon n’attirera pas 175 000 visiteurs comme en 2020. Bien en mal de faire des prévisions, les organisateurs affirment seulement que « des dizaines de milliers de visiteurs » répondront présent, ainsi que quelque 2 200 exposants.

« Laboratoire assez unique »

Au sein de la délégation française, outre la présence de quelques grands groupes (Thales, Dassault Systèmes, Valeo, Stellantis…), on comptera encore de nombreuses start-up. Business France avait prévu d’en accompagner 140 cette année, mais dix ont dû renoncer en dernière minute, dont neuf du fait de la pandémie. C’est toutefois la preuve qu’on en a fini avec une forme de démesure qui avait vu 375 jeunes pousses tricolores participer à l’édition 2019.

« Il y a sans doute eu des excès, désormais on évite de les faire venir trop tôt [dans leur cycle de développement] au CES », reconnaît M. Morand. Mais si la présence est numériquement moindre, le rendez-vous de Vegas n’en demeure pas moins important aux yeux de Business France. « C’est un laboratoire assez unique, dont on peut revenir avec beaucoup d’enseignements en rencontrant les acheteurs, les grands comptes, les distributeurs. Et puis le salon donne le “la” sur les grandes tendances », souligne-t-il.

Il vous reste 24.79% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires