mardi, juin 28, 2022
Marseille
couvert
22.2 ° C
23.7 °
19.1 °
51 %
0.6kmh
93 %
mar
26 °
mer
27 °
jeu
25 °
ven
29 °
sam
24 °
AccueilTechologieApple et les Gafam, nouvelles valeurs refuge des investisseurs

Apple et les Gafam, nouvelles valeurs refuge des investisseurs

Tim Cook, le dirigeant d’Apple, lors d’une présentation au siège de l’entreprise, à Cuppertino, en Californie, le 14 septembre 2021. HANDOUT / AFP

En août 2018, l’inimaginable était atteint : Apple, la firme fondée par Steve Jobs passait la barre des 1 000 milliards de dollars de capitalisation boursière. L’affaire semble aujourd’hui bien banale, et en cette première journée boursière de l’année 2022, Apple a franchi en séance le cap des 3 000 milliards de dollars (2 655 milliards d’euros), avant de refluer légèrement. C’est plus de sept fois la valeur du champion français du luxe LVMH et plus que les quarante valeurs vedettes françaises du CAC 40 réunies (2 700 milliards de dollars de capitalisation cumulée).

Apple n’est pas seule, accompagnée des autres géants de la technologie américaine : Microsoft vaut 2 500 milliards de dollars, Alphabet (Google) 1 900 milliards, Amazon 1 700 milliards, Tesla 1 000 milliards. Proches de cette barre se trouvent Meta (Facebook, 935 milliards) et Nvidia (735 milliards).

Les Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) ont tiré la cote en cette année 2021, alors que les petites valeurs technologiques subissaient des corrections parfois importantes. Par un curieux phénomène, les investisseurs, qui se réfugiaient naguère dans les bons du Trésor américain lorsque les actions se trouvaient à des niveaux trop élevés, boudent ceux-ci, qui ne rapportent quasi rien en période de taux d’intérêt nuls (les taux sans risque à dix ans sont de 1,63 % alors que l’inflation atteint un rythme annuel de 6,8 %). Ils préfèrent acheter des titres Apple, désormais considérés comme l’un des actifs les plus sûrs de la planète et dont la valeur a progressé de 38 % en 2021. En décembre 2021, l’agence Moody’s a accordé à la firme de Cupertino (Californie) la note AAA, comme elle l’avait fait auparavant à Microsoft et Johnson & Johnson. La note de la France, AA2, se situe deux crans en dessous.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Toute fragilisation des Gafam menacerait les déficits, les retraites, le dollar » Ventes records au dernier trimestre 2021

Les performances économiques d’Apple expliquent largement ce parcours. Le fabricant de l’iPhone – son produit phare vendu à prix d’or dans toute la planète et qui représente plus de la moitié de son chiffre d’affaires – a réalisé lors de l’exercice clos en septembre 2021 un bénéfice net après impôts de 94 milliards de dollars sur un chiffre d’affaires de 366 milliards, soit un taux de profit net de plus de 25 %. S’y ajoute une trésorerie de 62 milliards de dollars, plus faible toutefois que les 100 milliards de 2019, qui fait de la firme une forteresse. Elle vaut 32 fois ses bénéfices, ce qui est élevé mais pas irrationnel. Selon l’agence Bloomberg, sur les 45 analystes qui suivent le titre, 35 conseillent de l’acheter et seuls deux osent proposer de le vendre.

Il vous reste 38.93% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires