lundi, septembre 26, 2022
AccueilTechologie« La bande-son doit répondre au même niveau d’exigence que la vidéo »

« La bande-son doit répondre au même niveau d’exigence que la vidéo »

Entretien. André Kudelski est le fils de l’inventeur – il y a 70 ans – du Nagra, le summum des enregistreurs audio de qualité depuis les années 1950. Il est PDG du groupe Kudelski, basé en Suisse et maison mère de Nagravision (pour les accès TV), la famille étant aussi le principal actionnaire de Nagra Audio (hi-fi professionnelle et grand public).

Vous êtes le fils de Stefan Kudelski, le père du Nagra, l’enregistreur audio (magnétophone à bande puis numérique) à la qualité plébiscitée par les reporters radio. Comment votre père, décédé en 2013, a-t-il perçu l’arrivée du MP3 ?

Le sujet de la qualité sonore a longtemps préoccupé mon père, bien avant l’arrivée du MP3 ou d’Internet. Le point de départ d’une approche de compromis a été le CD. Il avait été présenté comme le Graal comparé à l’analogique, bien qu’il n’y ait pas de comparaison possible. Le MP3 n’a constitué qu’un pas supplémentaire dans la mauvaise direction, ce qui ne réjouissait pas mon père. Il y a toutefois une bonne nouvelle : les technologies numériques d’aujourd’hui permettent d’élever le niveau de qualité du son et Internet notamment n’est plus une barrière, à l’instar de ce que l’on a vu dans le domaine de la vidéo avec la 4K ou la 8K et le HDR sur les téléviseurs. Reste à développer ce marché pour les mélomanes passionnés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Après le règne du MP3 compressé, la « hi-fi d’avant » déferle sur Internet Constatez-vous que la qualité sonore est en amélioration sur Internet, sur les plates-formes de streaming musical en particulier ?

Si des services audio de très haute qualité existent déjà sur Internet, ils restent confidentiels. La distribution de musique, en utilisant un format de qualité réduite comme le MP3, ne forme pas l’oreille des jeunes générations. Toutefois, un facteur majeur de l’évolution de la qualité sur Internet est la vidéo de très haute définition. Cette course à la performance est une bonne nouvelle là aussi : la qualité vidéo ne peut progresser toute seule ; la bande-son doit répondre au même niveau d’exigence. D’autant que le son permet de s’immerger dans l’ambiance d’un film. Cette nouvelle dynamique donne l’opportunité de pousser vers le haut la qualité sonore accessible aux auditeurs exigeants.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La longue marche du son vers la mobilité Depuis la création, il y a 70 ans, du premier Nagra à lampes, qu’est devenue aujourd’hui cette marque mythique ? S’est-elle élargie au grand public ?

Il y a presque dix ans [en 2012], la famille Kudelski a repris l’activité de Nagra Audio pour la développer dans une entreprise séparée des autres activités du groupe Kudelski. Alors que ce dernier réalise près de la moitié de son chiffre d’affaires dans la télévision, où le son représente une dimension essentielle, l’activité Nagra Audio est exploitée par la société Audio Technology Switzerland [“spin off” dont la famille Kudelski est le principal actionnaire]. Aujourd’hui plus de la moitié des revenus de Nagra Audio proviennent de produits audio de très haute qualité destinés à un public mélomane et averti, ceci dans l’esprit de garantir une qualité sonore irréprochable d’un bout à l’autre de la chaîne de production et de distribution.

Dernières critiques