lundi, septembre 26, 2022
AccueilSociété«Plaidoyer pour un commis voyageur traqué»

«Plaidoyer pour un commis voyageur traqué»

CHRONIQUE – La conversation de Bernard Tapie et Franz-Olivier Giesbert débouche sur une réhabilitation de Tartarin de Tarascon et contre «la moutonaille médiatico-judiciaire». Et s’il avait raison?

Le 31 octobre 2019, un grand journal du soir a annoncé la mort de Bernard Tapie. Désolé de cette «nouvelle un peu exagérée», le propriétaire du Monde, Xavier Niel, qui admirait Tapie dans sa jeunesse, a envoyé le lendemain un magnifique bouquet à l’homme d’affaires. Car Bernard Tapie est toujours là et bien là. La «bio» que lui consacre Franz-Olivier Giesbert le remet à nouveau dans le jeu, «comme une boule de flipper». Giesbert, qui a écrit ce livre pendant le confinement, «reclus dans ma maison de Marseille» et récitant à haute voix, le soir avant de dormir, pour se donner du cœur à l’ouvrage, «des poèmes d’Aragon et Georges-Emmanuel Clancier», nous y apprend un tas d’anecdotes. On jubile d’entrer dans le roman de ce caméléon tape à l’œil, de cet écorché vif à la vulgarité pétaradante, capable de changer de monde comme de chemise: grande distribution, chanson, vélo, foot, politique, avec, dans tout ça, des prouesses épatantes. Quel bon client pour la plume du journaliste, qu’il soit greffier

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Dernières critiques