lundi, septembre 26, 2022
AccueilPolitiqueBerne - Oui au Mariage pour tous, non à l’initiative «99%»

Berne – Oui au Mariage pour tous, non à l’initiative «99%»

Publié17 juillet 2021, 16:48

Réunis samedi en assemblée à Berne, les Jeunes Libéraux-Radicaux Suisse (JLRS) se sont prononcés sur les deux objets en votation le 26 septembre. Ils soutiennent le Mariage pour tous mais rejettent l’initiative de la Jeunesse socialiste (JS) qui prévoit de taxer les plus riches.

Les Jeunes PLR ont donné leurs mots d’ordre en vue des votations du 26 septembre.

Nicole Philipp/Tamedia AG/Archives

Lors de leur congrès à Berne, les quelque 200 Jeunes PLR présents se sont clairement prononcés en faveur du Mariage pour tous. «Aujourd’hui, les gens ne devraient plus être contraints de suivre un modèle établi, chacun devrait pouvoir mener sa vie à sa guise. (…) Il ne devrait pas y avoir de hiérarchie entre les différentes formes d’union. Le Mariage pour tous est un pas important vers l’égalité des droits pour les couples de même sexe», expliquent-ils samedi dans un communiqué.

Les délégués ont, en revanche, rejeté massivement l’initiative populaire «Alléger les impôts sur les salaires, imposer équitablement le capital», dite initiative «99%», des Jeunes socialistes. Le texte demande que les revenus du capital, qui dépassent 100’000 francs, soient imposés une fois et demie plus que les revenus salariaux. «L’adoption de cette initiative conduirait à une augmentation massive de la charge fiscale pour les investisseurs, les entrepreneurs, les épargnants et les hauts revenus et, de fait, nuirait considérablement à l’attractivité de la place économique suisse», affirment les Jeunes PLR.

Contre l’aide aux médias

Par ailleurs, les Jeunes Libéraux-Radicaux soutiennent le référendum contre les mesures d’aide aux médias. Avec ces mesures, les médias privés suisses devraient recevoir environ 100 millions de francs par année, auxquels s’ajouteront jusqu’à 52 millions supplémentaires, provenant de la redevance radio et télévision. Et ce, alors que la Confédération soutient déjà les médias privés à hauteur de 50 millions. «Ces mesures posent problème notamment parce qu’elles vont à l’encontre de la liberté et de la diversité d’opinions, mais également car elles portent atteinte à la position des médias en tant que quatrième pouvoir de l’État. En outre, il n’existe pas de base constitutionnelle suffisante, particulièrement dans le cas des subventions aux médias en ligne», justifient les JLRS.

(COMM/cle)

Dernières critiques