lundi, septembre 26, 2022
AccueilÀ la uneFunérailles - L’épouse du président Moïse est de retour en Haïti

Funérailles – L’épouse du président Moïse est de retour en Haïti

Publié18 juillet 2021, 01:48

Blessée lors de l’assassinat de son mari Jovenel Moïse, Martine Moïse a fait son retour en Haïti samedi afin d’assister aux funérailles nationales.

Le président Jovenel Moïse, récemment assassiné, et son épouse Martine Moïse à Port-au-Prince, en Haïti le 23 mai 2018.

AFP

L’épouse du président haïtien assassiné, Martine Moïse, est rentrée samedi à Port-au-Prince afin d’assister aux funérailles de son mari, a déclaré le gouvernement. Blessée dans l’attaque nocturne qui a coûté la vie au président Jovenal Moïse le 7 juillet, elle avait été évacuée vers un hôpital de Miami, en Floride.

«La 1ère dame @martinejmoise vient tout juste d’arriver en Haïti dans le cadre des préparatifs liés aux funérailles nationales» de son époux, prévues le 23 juillet, a tweeté Frantz Exantus.

Arrivée à bord d’un avion privé, elle a été accueillie par le premier ministre par intérim, Claude Joseph. Le bras droit en écharpe, gilet par balles sur ses vêtements noirs, Martine Moïse, 47 ans, a été placée sous la protection d’agents de sécurité.

Une vingtaine d’arrestations

Les circonstances du drame restent encore floues dix jours après l’assassinat de son époux, qui a aggravé le chaos dans ce pays très pauvre des Antilles, où des gangs armés font régner la violence. La police haïtienne a arrêté une vingtaine de personnes, dont plusieurs anciens militaires colombiens accusés d’avoir fait partie du commando venu tuer Jovenel Moïse.

L’apparente facilité avec laquelle les assaillants sont parvenus à le tuer ayant éveillé des soupçons, quatre responsables de son équipe de sécurité ont été incarcérés et 24 agents frappés de mesures conservatoires. Le directeur général de la police nationale d’Haïti, Léon Charles, a assuré vendredi travailler avec des enquêteurs internationaux, notamment des agents de la police fédérale américaine pour identifier les commanditaires de l’assassinat.

(AFP)

Dernières critiques