mercredi, juin 29, 2022
Marseille
ciel dégagé
24.7 ° C
25.3 °
22.6 °
42 %
3.1kmh
0 %
mar
25 °
mer
27 °
jeu
24 °
ven
27 °
sam
28 °
AccueilÀ la uneÉtats-Unis - Washington invite l’ONU à enquêter sur le racisme sur son...

États-Unis – Washington invite l’ONU à enquêter sur le racisme sur son sol

Publié15 juillet 2021, 02:57

Deux rapporteurs de l’ONU, spécialistes des formes contemporaines de racisme, vont examiner le bilan des États-Unis en matière de racisme.

Le Secrétaire d’État Antony Blinken, à Washington, le 13 juillet 2021.

AFP

Le gouvernement de Joe Biden a invité des experts de l’ONU à examiner le bilan des États-Unis en matière de racisme envers les Afro-Américains, prenant le contre-pied de son prédécesseur Donald Trump.

Le Secrétaire d’État Antony Blinken a salué la création, par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, d’un groupe d’experts chargé d’examiner les violences policières contre des «personnes d’ascendance africaine» commises dans le monde.

«Les nations responsables ne doivent pas essayer d’éviter l’évaluation de leur bilan en matière des droits humains, elles doivent au contraire les solliciter dans l’intention de s’améliorer», a-t-il déclaré dans un communiqué.

Contraste avec Donald Trump

Le chef de la diplomatie américaine a donc invité aux États-Unis deux rapporteurs spéciaux de l’ONU, spécialistes des formes contemporaines de racisme et des problématiques visant les minorités, et a appelé les autres États-membres à participer à «cet effort de lutte contre le racisme, la discrimination et la xénophobie».

Cette prise de position contraste fortement avec la posture adoptée par l’ancien président républicain Donald Trump et ses alliés face aux manifestations géantes qui ont secoué les États-Unis après la mort, le 25 mai 2020, de l’Afro-Américain George Floyd sous le genou d’un policier blanc. Niant l’existence d’un racisme systémique aux États-Unis, Donald Trump a imputé les violences commises par la police à des «pommes pourries» et refusé toute critique sur l’histoire du pays.

Cette posture reste majoritaire au sein de son parti. «Plutôt que d’appeler l’ONU à venir nous dire combien nous sommes racistes, pourquoi ne lui demandez-vous pas d’aller à Cuba, où un régime socialiste démoniaque s’engouffre chez les gens pour les battre et les enlever?» a ainsi tweeté le sénateur républicain Marco Rubio en référence à la répression de manifestations historiques sur l’île communiste.

(AFP)

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires