samedi, juin 25, 2022
Marseille
ciel dégagé
29.5 ° C
30.9 °
26.2 °
32 %
5.7kmh
0 %
sam
28 °
dim
30 °
lun
28 °
mar
27 °
mer
28 °
AccueilSociété«Je n'aurais jamais imaginé que ça venait de moi, et pas d'elle»

«Je n’aurais jamais imaginé que ça venait de moi, et pas d’elle»

ENQUÊTE – Dans la moitié des cas d’infertilité, le souci vient de l’homme. Un diagnostic difficile à entendre et à assumer tant le tabou règne, alimenté par les préjugés virilistes. Analyse et témoignages.

Sybille et Augustin (1), respectivement 32 et 36 ans, s’aiment mais peinent à concevoir un enfant. Après une année de tentatives infructueuses, le couple est considéré comme infertile aux yeux de la médecine et de l’OMS. Pour en comprendre la cause, la gynécologue s’est d’abord tournée vers la jeune femme et lui fait passer une batterie de tests : prises de sang, échographie pelvienne et hystérosalpingographie (examen radiologique de l’utérus et des trompes de Fallope, NDLR). Du côté d’Augustin ? Aucune recommandation. Le souci vient pourtant du jeune homme, atteint de tératozoospermie, comprenez une majorité de spermatozoïdes morphologiquement anormaux et limitant ainsi les chances de fécondation de l’ovule.

«Notre société a tendance à considérer la femme comme le suspect numéro 1 de ce fiasco», enrage Sybille. Or dans les faits, la réalité est tout autre : «Une fois sur deux, l’homme est impliqué, qu’il y ait un problème de fertilité chez la femme ou pas», assure Stéphane

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 91% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires