dimanche, juin 26, 2022
Marseille
nuageux
31.9 ° C
32.6 °
30.1 °
34 %
8.8kmh
57 %
dim
32 °
lun
28 °
mar
27 °
mer
27 °
jeu
26 °
AccueilSociétéle «blurring», cette confusion qui asphyxie les cadres

le «blurring», cette confusion qui asphyxie les cadres

DÉCRYPTAGE – Avec le télétravail, ce phénomène s’accroît: la frontière entre vie personnelle et professionnelle est si ténue qu’elle occasionne stress et irritabilité.

«Je garde toujours mon téléphone sur moi, même le soir ou en vacances, confie Guillaume (prénom modifié), cadre dans les transports. Je me déconnecte très rarement, je vois le nombre de mails qui monte et ça m’angoisse.» Guillaume souffre de «blurring»: la frontière entre sa vie personnelle et sa vie professionnelle se brouille.

Répondre à des mails professionnels à 23 heures, appeler un client pendant ses vacances en Bretagne, démêler des problèmes avec l’école du petit dernier en pleine réunion au bureau… «Quand la vie professionnelle prend le pas sur la vie personnelle, on coupe ses temps de repos, ça entraîne un niveau de stress élevé, de façon quasi-constante», explique Nol-wenn Anier, docteur en psychologie sociale. À long terme, la conséquence, c’est l’épuisement.» Elle déplore notamment la normalisation de l’hyper-connexion: «Devoir travailler chez soi, c’est implicite, mais aujourd’hui on le fait pour se faire bien voir.»

Quand on est stressé à cause du travail, on l’est aussi chez soi. Cela finit par exploser dans la sphère privée, avec une augmentation de l’irritabilité, de l’impatience… des tensions se créent. »

Bénédicte Pichard, psychologue libérale à Rennes.

Ce brouillage des frontières existe pourtant depuis longtemps.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires