mardi, juin 28, 2022
Marseille
couvert
22.2 ° C
23.7 °
19.1 °
51 %
0.6kmh
93 %
mar
26 °
mer
27 °
jeu
25 °
ven
29 °
sam
24 °
AccueilÀ la uneEuro 2020 - Xherdan Shaqiri: «Je veux qu’on continue!»

Euro 2020 – Xherdan Shaqiri: «Je veux qu’on continue!»

Publié21 juin 2021, 15:13

Le Bâlois de 29 ans est devenu dimanche le meilleur buteur de l’histoire du football suisse en phase finale de grands tournois. Et il en veut encore plus.

Xherdan Shaqiri a encore été décisif quand ça comptait.

AFP

Sept buts lors d’Euros ou de Coupes du monde. Record de Suisse de Josef Hügi (six buts en trois rencontres du Mondial 54 en Suisse) égalé, puis battu dimanche par Xherdan Shaqiri, dans le si important troisième match de poule contre la Turquie (3-1). Une partie qui a permis à la Suisse d’espérer se qualifier pour les 8es de finale et de rejoindre son camp de base de Rome lundi, au lieu d’aller directement en vacances via Zurich.

Avec ce doublé, «XS» a répondu à ses détracteurs, qui n’avaient pas forcément tous tort. Qu’on soit bien clair: dans le jeu, que ce soit lors des 2 x 45 minutes que Vladimir Petkovic lui a offertes lors des deux matches amicaux, puis lors des 66 et 76 minutes disputées contre le Pays de Galles et l’Italie, il n’a pas été suffisant. Non pas que son investissement n’ait pas été à la hauteur. C’est juste que les jambes ne suivaient pas tout à fait.

Avec des cadors

Et puis comme souvent dans les moments clé, le talent a repris le dessus. Le Bâlois de 29 ans a envoyé un tir du droit dans la lucarne en première période. Il a inscrit le 3-1 après l’heure de jeu alors que son équipe aurait pu trembler après la réduction du score turque. Shaqiri a été nommé homme du match. Cela aurait aussi pu être Steven Zuber et son triplé d’assists, c’est vrai.

«J’aime ce genre de matches et il y a toujours un stress et de la pression. Quand il faut absolument gagner, ce n’est pas simple à gérer comme situation.»

Xherdan Shaqiri

«C’était très important de réagir après cette vilaine défaite contre l’Italie et de montrer un front plus uni en tant qu’équipe, a souri le Liverpuldien. On l’a fait et on a réussi à jouer notre jeu dès le coup d’envoi. C’était important pour moi de rebondir aussi. Les statistiques personnelles sont toujours bonnes à regarder… Je sais que je fais partie d’un groupe d’élite! Je suis fier de ça et ravi de faire partie d’une telle liste de joueurs prestigieux.»

C’est le moins que l’on puisse dire car seuls des cadors tels Cristiano Ronaldo, Romelu Lukaku et Ivan Perisic ont, comme lui, réussi à marquer lors des Euros 2016 et 2020, ainsi que pendant les Coupes du monde 2014 et 2018. «J’aime ce genre de matches et il y a toujours un stress et de la pression. Quand il faut absolument gagner, ce n’est pas simple à gérer comme situation. Moi, j’ai beaucoup expérience et je savais exactement ce qu’il fallait faire. J’ai essayé d’aider mon équipe au maximum», a-t-il apprécié.

Les Suisses ont donc volé vers Rome lundi après-midi, après avoir annulé le décrassage prévu en matinée à Bakou. Il va ensuite falloir tuer le temps en attendant de connaître le sort des Helvètes… Élimination? Qualification pour le premier tour à élimination direct? Oui, mais où? Et quand? C’est encore à définir, entre les 27 et 29 juin, entre Glasgow, Séville et Bucarest. Ce qui est sûr, c’est que sera face à un premier de groupe…

Encore dans la bulle

«Nous sommes dans une bulle, on n’a pas le droit de sortir, donc on ne peut rien faire!, a souri jaune l’ancien Bavarois. On va rester à l’hôtel comme d’habitude et se détendre. On a une belle piscine et il est censé faire beau, sur Rome, les prochains jours… On va être tranquille et j’espère qu’on va bien se préparer pour le tour suivant. Je veux qu’on continue!»

Le lutin des Reds de Liverpool n’est pas du genre à douter. Il ne l’a pas fait malgré les écueils récents et il a aussi une grande foi dans ses compatriotes. «Il faut se faire pas mal confiance pour arriver à rebondir ainsi, a-t-il confirmé. On a de la qualité et on savait de quoi nous étions capables. Ce n’était pas bon contre l’Italie et on voulait montrer de quoi on était vraiment faits. On se devait de réagir et c’est exactement ce que l’on a fait.»

«Et maintenant on doit patienter et voir ce qui se passera dans les autres groupes, a-t-il enchaîné avec appétit. Nul ne sait de quoi demain sera fait. J’espère que ces quatre points seront suffisants pour passer en 8es de finale. Et là, les compteurs seront tous remis à zéro! Peut-être même que ce sera un avantage de ne pas être le favori du prochain match… Mais avant d’y penser, il faut déjà se qualifier.»

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires