lundi, mai 23, 2022
Marseille
peu nuageux
19.1 ° C
19.3 °
18.4 °
61 %
1.4kmh
17 %
lun
19 °
mar
23 °
mer
21 °
jeu
24 °
ven
24 °
AccueilPolitiqueAfghanistan - Une alliance s’inquiète des promesses non tenues des talibans

Afghanistan – Une alliance s’inquiète des promesses non tenues des talibans

Publié23 août 2021, 15:26

Une alliance militaire menée par la Russie regrette la lenteur des talibans à former un gouvernement de transition à Kaboul.

«Il est très préoccupant que les promesses des talibans de contribuer à la formation d’un gouvernement de coalition ne soient pas encore entrées dans la phase de mise en oeuvre», a déclaré le chef de l’Alliance.

AFP

Le secrétaire général de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), une alliance militaire menée par la Russie, a regretté lundi la lenteur des talibans à former un gouvernement de transition en Afghanistan. «Il est très préoccupant que les promesses des représentants des dirigeants talibans de contribuer à la formation d’un gouvernement de coalition ne soient pas encore entrées dans la phase de mise en oeuvre», a déclaré Stanislav Zass, le secrétaire général de cette alliance réunissant d’ex-républiques soviétiques, notamment l’Ouzbékistan et le Tadjikistan voisins de l’Afghanistan.

Il a néanmoins relevé, à l’issue d’une réunion par visioconférence des présidents des pays membres dont Vladimir Poutine, «certaines déclarations positives des talibans sur leur politique intérieure et étrangère», sans en dire davantage. Stanislav Zass a également espéré que les promesses des talibans de lutter contre le trafic de drogue international seraient «tenues», l’Asie centrale et la Russie étant des itinéraires privilégiés pour les trafiquants d’opium et d’héroïne.

A noter que les talibans ont déclaré lundi parallèlement qu’ils n’annonceront pas la constitution d’un gouvernement en Afghanistan tant qu’il restera des soldats américains sur son sol. «Il a été décidé que la formation du gouvernement (…) ne serait pas annoncée tant qu’un seul soldat américain serait présent en Afghanistan», a dit une source parmi le mouvement islamiste. Ils ont aussi menacé les Etats-Unis de conséquences si ceux-ci retardaient leur départ prévu le 31 août.

Position conciliante

Depuis la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans, la Russie a opté pour une position plutôt conciliante envers les talibans, estimant que ces derniers envoyaient des «signaux positifs» en matière de libertés et de partage du pouvoir et se comportaient de matière «civilisée» à Kaboul. Moscou, qui appelle à un «dialogue national» en Afghanistan, s’inquiète pour la sécurité des ex-républiques soviétiques d’Asie centrale, également frontalières de la Russie. Poutine a dit dimanche vouloir éviter un afflux de réfugiés et de combattants jihadistes.

Stanislav Zass a ainsi annoncé lundi qu’une décision avait été prise pour «des mesures supplémentaires afin de renforcer la sécurité des Etats membres de l’OTSC». Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a précisé aux journalistes qu’elles seraient mises en oeuvre d’ici au 16 septembre. «Il y a des risques réels pour toute la région eurasienne et pour le monde dans son ensemble», a-t-il souligné.

Des manoeuvres militaires sont également prévues au Kirghizstan, un autre pays d’Asie centrale, du 1er au 9 septembre, après des exercices similaires en Ouzbékistan et au Tadjikistan précédemment.

(AFP)

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires