samedi, juin 25, 2022
Marseille
ciel dégagé
26.5 ° C
28.7 °
24.7 °
46 %
4kmh
0 %
sam
26 °
dim
29 °
lun
29 °
mar
29 °
mer
28 °
AccueilTechologieComment la scène tech française a changé de dimension pour faire émerger...

Comment la scène tech française a changé de dimension pour faire émerger des « licornes »

Emmanuel Macron lors de l’événement VivaTech Start-up and Tech, à la porte de Versailles, à Paris, le 16 juin 2021. POOL / REUTERS

Mi-juin, Michel Combes était de passage à Paris. Et ce n’était pas pour faire du tourisme. Dans le monde de la technologie, l’ex-patron d’Alcatel-Lucent est un personnage qui compte. Le Français gère désormais les investissements à l’étranger du groupe japonais SoftBank, qui, fort de 130 milliards de dollars (109 milliards d’euros) de fonds, est aujourd’hui le plus grand argentier de la tech. « Comme beaucoup, nous sommes séduits par le développement de l’écosystème français. Nous venons d’annoncer deux investissements avec des entrepreneurs français [Jellysmack et Contentsquare] et on voulait voir d’autres entreprises… » M. Combes n’en fait pas mystère : il compte bien miser sur d’autres start-up tricolores.

La récente levée de fonds de Contentsquare, annoncée le 26 mai – soit 500 millions de dollars, un record en France –, l’introduction en Bourse à Paris du producteur musical Believe, le 10 juin – une première à ce niveau de valorisation pour une start-up –, la volonté de Colis privé, d’OVHcloud ou de Spartoo de faire de même, illustrent le changement de dimension opéré par la scène tech hexagonale en quelques années.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi French Tech : levée de fonds record pour la start-up Contentsquare

En 2020, les start-up françaises ont levé 5,4 milliards d’euros. Un montant jamais atteint. « On est dans une accélération exponentielle du nombre d’opérations depuis trois ou quatre ans », constate Anne-Charlotte Rivière, associée au cabinet Goodwin. « La France est le pays européen qui a le plus le vent en poupe en matière de start-up », appuie le secrétaire d’Etat chargé de la transition numérique, Cédric O.

« Première génération d’entrepreneurs »

Comment en est-on arrivé là ? Difficile de ne pas lier ce changement de climat à l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron : le 13 avril 2017, à Paris, en campagne pour l’élection présidentielle devant un parterre d’entrepreneurs, le candidat s’était fixé comme cap de faire de la France, en cinq ans, « la nation des start-up ».

Tout au long de son mandat, il n’a pas manqué de montrer son attachement pour la nouvelle économie. A peine élu, il inaugurait, le 29 juin, la Station F (qui appartient à Xavier Niel, actionnaire du Monde à titre individuel), présentée comme le plus grand campus de start-up du monde. Le 23 mai 2018, il convoquait le gratin de la tech mondiale au palais de l’Elysée pour l’événement Tech for Good.

Une année compte plus que d’autres : en 2013, la ministre Fleur Pellerin crée le label « French Tech » ; la Banque publique d’investissement est lancée

Il vous reste 74.98% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

ARTICLES LIÉS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus populaires